Une vie de famille sous Louis XIV

un récit à base d'Histoire

 

Chapitre 07 partie 2/4

      En ce vendredi 5 Novembre de l’an 1700, la Comtesse de Savigny, qui ignorait tout du sort funeste de son époux, accueillit chaleureusement un hôte inattendu, au petit salon :

  • Monsieur le Marquis de Mantoue, quel surprise et quel plaisir de vous recevoir parmi nous !
  • Madame, je vous remercie pour votre accueil, il me va droit au cœur, déclara le visiteur, en se courbant au-dessus de la main tendue par la comtesse.
  • Prenez donc un siège mon cher ! M’apportez-vous des nouvelles de mon époux ?
  • Hélas oui, Madame … dit-il après avoir pris place.
  • Comment cela, hélas ? Les nouvelles seraient-elles mauvaises ?
  • Malencontreusement, oui … Je  reviens à l’instant de Versailles. J’annonçais tantôt à Sa Majesté la mort de votre époux, voilà cinq jours de temps, à son service. Ces blessures lui ont été fatales.  Sitôt sa dépouille en terre, je pris la route pour vous informer, le Roi et vous, de cette accablante nouvelle. Vous m’en voyez profondément navré, ma très chère.
  • Oh mon Dieu… gémit la veuve, au bord de l’évanouissement. Bouleversée, sa tapisserie lui échappa des mains.
  • Allons, ma mie, je vous en prie… implora le commandant de Mantoue. Remettez-vous ! En tant qu’épouse d’un officier de Sa Majesté, il fallait bien vous attendre, à ce que tôt ou tard, pareil événement se produise.
  • Je le sais bien mon ami. Mais concevez combien cette nouvelle me bouleverse. Vous-même, qui étiez son compagnon et son ami, devez comprendre ma douleur et mon chagrin.
  • Je vois fort bien que cette nouvelle vous saisit et vous affecte. Mais songez à toutes les tâches qui vous attende. Si vous cédez maintenant à l’affliction, vous n’arriverez à rien. Nul ne regrettera plus Jean que moi. Vous savez fort bien que nous entretenions un commerce des plus amicale. Mais s’apitoyer sur sa mort, ne le ramènera point.
  • Vous avez raison, très cher, concédât Madeleine en se ressaisissant. Une fois encore, vous me ramenez à la voie de la sagesse.  Il y a tellement de choses à penser et organiser …
  • A ce propos, l’ordonnance de feu monsieur le comte m’as remis ceci pour vous. Il lui tendit un courrier cacheté par le sceau du commandant de Savigny.
  • Merci.
  • Le Roi tient à vous exprimer son profond regret de perdre un valeureux officier tel que Jean. Il l’estimait à sa juste valeur : un bon, fidèle et loyal élément. En gage de compensation à votre douleur il vous accorde une pension de veuvage et nomme Christophe, s’il le désire, Commandant de la Cavalerie Royale. Sa Majesté accorde à votre fils un délai d’un mois de réflexion à son offre. C’est une opportunité inouïe pour un si jeune homme de pouvoir débuter à un grade si élevé dans les Armes Royales.
  • Je vous remercie monsieur le marquis. J’en informerai Christophe dès son retour. Il inspecte nos terres, accompagné de notre régisseur. Il prend sa charge de futur comte très au sérieux ces derniers temps. Je dois avouer que ce professeur Dubois fait des merveilles avec Christophe.
  • C’est naturel chère amie. Remerciez plutôt le Roi.
  • J’y compte bien, mon ami. Maintenant si vous voulez bien m’excuser je vous laisse. J’ai à faire. déclara la comtesse en se levant. Jacques vous conduira à vos appartements, vous séjournerez chez nous pendant quelques temps, je suppose ?
  • J’accepte avec plaisir Comtesse, comme toujours.

      A ces mots Madeleine sonna. Aussitôt le maître d’hôtel parut :

  • Madame a sonné ?
  • Oui Jacques. Faites préparer un appartement pour monsieur le marquis. Il séjournera quelques temps parmi nous.
  • Bien Madame. Si Monsieur veut bien me suivre, vous pourrez patienter à la bibliothèque pendant que l’on vous aménagera un appartement.
Dans :
Par Virginie de Rugès
Le 15 août 2014
A 12 h 09 min
Commentaires : 2
 

2 Commentaires

  1.  
    jaclyn
    jaclyn écrit:

    Eh bien! Le récit est toujours très vivant!

    Dernière publication sur Pas de nouvelles bonnes nouvelles : Le sac

  2.  
    Sabeha
    Sabeha écrit:

    Triste nouvelle, mais si bien entourer pour faire face à tous cela

Répondre Sabeha Annuler la réponse.

 
 

Fictionmania |
Le Souffle |
Plumenouvelle |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Une phrase, voire plus..
| book's house
| La bibliothèque de Sophie