Une vie de famille sous Louis XIV

un récit à base d'Histoire

 

Chapitre 04 partie 1/3

 Dix jours plus tard, en milieu de matinée, un courrier arriva au domaine De Savigny et annonça, en sautant de cheval, au valet venu l’accueillir, qu’il avait un message urgent pour Madame la Comtesse. Le majordome informa le messager qu’il transmettait de ce pas la missive à sa maîtresse. Il conduisit à l’office le brave homme pour qu’il se rafraîchisse.

 

Le serviteur trouva la Comtesse dans son boudoir et lui tendit la missive : 

- Madame le messager attend une réponse à l’office.

- Bien, merci Jacques, je vais prendre connaissance de ce message, puis je vous transmettrai ma réponse

- Oui Madame.

 

Madeleine ouvrit la lettre cacheté du sceau de son mari, et prit connaissance du contenu de celle-ci. A la lecture de l’état de son époux, elle s’assit pour prendre connaissance du reste de la missive. Une fois celle ci achevée , après un instant de réflexion elle informa son majordome de sa décision, pendant qu’elle écrivait une lettre : 

  • Jacques, dites au messager que je respecte la décision de mon mari, et que je lui confie cette lettre, que je finis à l’instant, afin qu’il la lui remette.

  • Ensuite revenez me voir, j’aurais deux autres lettres à vous confier, une pour le couvent de Mesdemoiselles, une autre pour le collège de Monsieur Christophe. Maintenant allez remettre au messager la missive que je viens de vous confier.

     

Jacques sortit, tandis que sa maîtresse rédigeait deux autres courriers, dans lesquelles elle informait les enseignants de ses enfants que son mari avait été grièvement blessé au service du roi, et qu’elle souhaitait qu’ils les en informent. Dans celle destiné au collège de Christophe, elle priait, en plus, le directeur de prévenir son fils qu’une voiture viendrait le chercher pour le ramener au Domaine afin qu’il se prépare à son futur rôle. Elle informait le dirigeant de cet établissement que bien qu’elle en retirait son fils, elle souhaitait que leur meilleur de leurs enseignants soit désigné comme précepteur du futur Comte et l’accompagne afin que celui-ci puisse continuer à recevoir une instruction digne de son rang. La Comtesse apposait son sceau sur les lettres lorsque le majordome entra : 

  • J’ai remis la lettre au messager et je lui ai transmis votre message, Madame.

  • Fort bien, Jacques, voici la lettre pour la mère supérieure du couvent de mes filles, et voici celle pour le collège de mon fils.

  • Bien Madame. J’envoie de suite quelqu’un les porter à leur destinataires.

  • Envoyez-moi également ma femme de chambre.

  • Tout de suite Madame.

Dans :
Par Virginie de Rugès
Le 9 août 2014
A 16 h 51 min
Commentaires : 3
 

3 Commentaires

  1.  
    jaclyn
    jaclyn écrit:

    Superbe suite! Je continue…

    Dernière publication sur Pas de nouvelles bonnes nouvelles : Le sac

  2.  
    Sabeha
    Sabeha écrit:

    On ne veut plus arrêter de lire tellement c’est bien raconté

Répondre Sabeha Annuler la réponse.

 
 

Fictionmania |
Le Souffle |
Plumenouvelle |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Une phrase, voire plus..
| book's house
| La bibliothèque de Sophie