Une vie de famille sous Louis XIV

un récit à base d'Histoire

 

Chapitre 03 partie 1/3

            En cette fin de mois d’août 1700, tout le monde était à la joie de ce dernier mois de vacances le Comte et les siens réunis, Eleanor faisait ses premiers pas.

           Un samedi après-midi, où Louise revenait de promenade en compagnie de sa sœur aînée et de sa bonne, l’arrivée d’un aide de camp au grand galop suscitât en elle un grand étonnement et en même temps une certaine fascination. Virginie remarqua l’intérêt excessif de sa sœur pour l’officier, qui lui, dieu merci pensa-t-elle, n’avait rien remarqué. Elle s’agenouilla au niveau de sa jeune sœur et lui expliqua :

  • Louise, il est inconvenant pour une demoiselle, quelle que soit son âge, de fixer ainsi un homme.

  • Même à 4 ans ?

  • Oui ma chérie, même à 4 ans. répondit Virginie dans un sourire. De plus Père n’apprécie guère que nous soyons en présence d’officiers ou de soldats. Si cet homme te remarque et en parle à notre père, il sera très fâché et te grondera.

  • Je n’aime pas que Père me gronde, il crie toujours très fort et me fait ensuite punir par ma bonne. Alors je n’aime pas ce monsieur et je ne le regarderai plus. dit Louise en détournant son regard de l’homme.

  • C’est bien, maintenant rentrons. Françoise nous passerons par l’entrée de l’aile droite, ainsi nous passerons inaperçue du visiteur de Père.

  • Bien, Mademoiselle Virginie. répondit la bonne avec une petite révérence. Celle-ci pensa que Virginie par la douceur arrivait à des miracles avec la petite Louise, tandis que Mademoiselle Marie et Madame avec leur rigidité n’obtenaient pas toujours le résultat souhaité en fonction l’humeur de la petite. Toutes trois se dirigèrent ainsi vers la nursery.

 

            L’objet de l’intérêt de Louise, apportait un courrier urgent au comte. Celui-ci le reçu dans la bibliothèque et lu la missive. Il s’agissait d’un ordre de mission. Ce dernier intimait au Commandant De Savigny de mener ses troupes en garnison à Marseille où, semblait-il, des troubles de l’ordre public seraient de plus en plus fréquents et où une bête sauvage terroriserait les habitants. Jean répondit à l’aide de camp qu’il partirait demain 25 Août, comme ordonné, dès le petit jour. Il l’envoya prévenir ses hommes afin que ceux-ci soient prêt à partir dès l’arrivée de leur Commandant. Une fois le jeune officier parti, le comte sonna son valet et lui distribua ses ordres : 

    • Fais-moi préparer des provisions pour plusieurs jours de voyage

    • Fais préparer mon pacage, seller mon cheval

    • Demande à ma famille de se réunir au petit salon.

Le serviteur obéit et distribua les ordres à son tour pendant que le Commandant se changeait et revêtait son uniforme. Une fois l’uniforme mis, il quitta ses appartements et se rendit au petit salon. Lorsqu’il entra, ses filles et sa femme exécutèrent une révérence, tandis que son fils lui adressa le salut militaire.

 Le comte releva sa femme puis sa fille aînée Il fit signe à son fils de rompre et à ses filles cadettes de se relever. Une fois tous prêts à l’écouter le comte commença à faire ses adieux à sa famille : 

    • Le Roi m’ordonne de mener ma garnison à Marseille pour faire cesser des troubles de l’ordre public et empêcher une possible révolte. De plus il semblerait qu’une bête féroce terrorise les habitants.

    • Ma chère, je vous confie, comme toujours, mon domaine et mes terres. Je sais que vous en prendrez grand soin.

    • Mes enfants, soyez sages et obéissantes envers votre Mère et vos maîtres.

    • Christophe, en mon absence tu es l’homme de la maison, le chef de famille, je te confie ta Mère et tes sœurs, veilles bien sur elles. 

Sur ces recommandations, Jean salua sa femme et ses enfants et quitta la demeure. Une fois dehors, son écuyer prêt à partir lui amena son cheval sellé avec les sacoches de selle remplies d’eau et de provisions. L’officier supérieur enfourcha sa monture et partit rejoindre ses hommes sans un regard en arrière pour sa famille.

Dans :
Par Virginie de Rugès
Le 8 août 2014
A 13 h 20 min
Commentaires : 2
 

2 Commentaires

  1.  
    jaclyn
    jaclyn écrit:

    très réussi!

    Dernière publication sur Pas de nouvelles bonnes nouvelles : Le sac

  2.  
    Sabeha
    Sabeha écrit:

    Un départ certes, mais y aura t’il un retour ?… Et puis partir sans un regard pour sa famille ça dois être très dur pour tout le monde

Répondre

 
 

Fictionmania |
Le Souffle |
Plumenouvelle |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Une phrase, voire plus..
| book's house
| La bibliothèque de Sophie